Créer sa boite

Ce qu’il faut savoir avant d’ouvrir un cabinet de gestion de patrimoine

Le conseiller en gestion de patrimoine est un professionnel ayant une mission de conseil pour optimiser le patrimoine de ses clients. En s’appuyant sur le profil de ses clients (économique, professionnel et familial) et leurs souhaits, il va déterminer quels sont les meilleurs placements à réaliser. Toutefois, il est important de connaître la réglementation et certaines obligations relatives à l’activité avant d’ouvrir son propre cabinet de gestion de patrimoine.

Le marché de la gestion du patrimoine en question

Il est utile de préciser qu’en France, il existe 3000 gestionnaires de patrimoine indépendants qui gèrent à eux-seuls plus de 8% du marché de l’épargne financière. Ce marché représente plus de 4 millions de foyers. Le secteur connaît de profonds bouleversements ces dernières années pour les gestionnaires de patrimoine indépendants avec une concurrence accrue avec les plateformes en ligne et une évolution rapide de la législation.

Une réglementation très stricte à respecter pour ouvrir son cabinet

Quiconque souhaite ouvrir son propre cabinet de conseil en investissement financier doit se conformer impérativement à la législation en vigueur dans ce secteur et aux prescriptions suivantes :

  • Être âgé d’au moins 18 ans et résident français
  • Détenir un Bac+3 dans la section économie, gestion ou droit
  • A défaut, justifier une expérience professionnelle de 2 ans minimum en gestion et en investissement financier
  • A ces obligations de base liées à la formation s’ajoutent d’autres prérequis indispensables à l’ouverture d’un cabinet de gestion de patrimoine :

Souscription d’une assurance responsabilité civile professionnelle

Tous les conseillers indépendants ont l’obligation de souscrire une telle assurance d’une valeur de 150000€ par sinistre.

S’inscrire au registre ORIAS

Toute activité de conseiller indépendant nécessite de s’inscrire à un registre des intermédiaires en assurances dont l’ORIAS assure la gestion.

Adhésion à une organisation professionnelle

La souscription à un syndicat professionnel est également une nécessité et va notamment permettre de mieux contrôler les compétences du conseiller en exercice. Il est possible d’adhérer à différents organismes à l’image de la Chambre Nationale des Conseils en Gestion de Patrimoine ou de l’ANACOFI.

Respect de la réglementation sur la lutte anti-blanchiment

Tout conseiller indépendant doit respecter scrupuleusement les règles de bonne conduite établies par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) et notamment en ce qui concerne la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Appliquer la réglementation sur les rétro-commissions

Qu’il s’agisse des honoraires ou des rétro commissions, le conseiller en patrimoine est là aussi soumis à une réglementation très stricte et qui encadre la rémunération appliquée à chaque analyse ou montage financier.

Aucuns commentaire

Laisser un commentaire